Ottignies – Louvain-la-Neuve, 6 novembre, Je n’aime plus la mer

en présence de Bernard De Vos, Délégué Général aux Droits de l'enfant, de la Plate-forme Mineurs en exil et du réalisateur Idriss Gabel BernardDe Vos ne sera pas présent,

 

Bernard De Vos ne sera pas présent. Il nous adresse ce message :

Je n’aime plus la mer

Ils viennent d’Afghanistan, d’Irak, de Syrie ou d’Erythrée. Accompagnés de leurs parents ils ont fui la guerre et les persécutions. Propulsés sur les routes, ces enfants de l’exil ont dû faire face, malgré leur jeune âge, à de multiples dangers pour rejoindre l’Europe.
D’autres ne sont jamais parvenus au bout de ce périple, engloutis dans les flots de la Méditerranée, le froid des montagnes ou les réseaux d’esclavage.
Mais une fois en Europe, en Belgique, comment se reconstruire, se créer une place dans un décor en tout point différent de sa ville, de son village, en pleine campagne, dans un centre d’accueil de la Croix-Rouge ? Il y a aussi cette longue attente d’une reconnaissance du statut de réfugié.
Dans cet espace-temps rempli d’espérances le film se met à la hauteur des enfants et recueille leur parole.

De leur pays et de leur voyage il leur reste des images, des émotions, des cauchemars et des peurs.
Et tous ont un point commun : ils n’aiment plus ni la forêt, ni la montagne, ni la mer…

Le réalisateur se met à la hauteur de ces enfants en exil et recueille leurs paroles au centre d’accueil « Le relais du monde » de Natoye en province de Namur.
Pour en savoir plus.

Je n’aime plus la mer’, un film d’Idriss Gabel.

« … des enfants. Idriss Gabel, réalisateur du film, aura tissé une relation forte avec eux pour puiser, dans leurs liens, parmi les plus beaux témoignages qui soient. » (Cinergie, 26 mars 2018)

 

La Plate-forme Mineurs en exil est un réseau national bilingue, composé de plus de 55 organisations membres et observateurs.
La Plate-forme vise à coordonner les actions des professionnel∙le∙s travaillant avec les mineurs étrangers non accompagnés (MENA) et les mineurs accompagnés de leurs parents mais en séjour précaire ou irrégulier.
Elle a pour objectif d’assurer une meilleure protection et accès aux droits fondamentaux de ces groupes particulièrement vulnérables.

Auteur de l’article : ffi2019